Voyage

Lianes imperiales

Avec Angkor qui compte parmi les plus anciennes villes du monde, l’histoire cambodgienne illustre l’ascension, la chute et la renaissance d’une merveilleuse civilisation.
Reading time 14 minutes
Au cœur de la jungle, le parc archéologique d’Angkor, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, abrite les ruines du puissant empire khmer qui prospéra entre le IXe et le XIVe siècle.

Le soir de mon arrivée à Siem Reap, sous un ciel de velours étoilé, je sirote le premier gin tonic d’une longue série à venir sur le Roof Terrace récemment rénové d’Amansara en attendant Astrid Killian, la charismatique directrice de l’hôtel que j’ai eu le plaisir de rencontrer pour la première fois à Marrakech, il y a de cela quelques années. Elle a hâte de me présenter à Roland Fletcher, professeur d’archéologie théorique et mondiale à l’Université de Sydney, chercheur en résidence qui anime régulièrement des discussions informelles devant quelques invités privilégiés d’Aman. Tout comme le reste d’Amansara, la terrasse sur le toit est aménagée avec goût avec force plantes en pot le long de ses murs, verdure dispersée autour des sièges rembourrés, et tables basses, offrant un endroit idéal pour prendre un verre en plein air au son d’une musique locale. Fait inhabituel pour moi, je me suis senti comme à la maison dès mon arrivée. 

 

Autrefois résidence royale cambodgienne du légendaire Roi-Père Sihanouk, Amansara – le mot signifie paix céleste – est un vrai chef-d’œuvre moderne plein de cachet de la nouvelle architecture khmère des années soixante. Négligée pendant de nombreuses années, une minutieuse et délicate rénovation a ramené le bâtiment à sa gloire passée, redevenant l’adresse incontournable de Siem Reap, en conservant la disposition originale à un niveau, la piscine curviligne et le minimalisme monochrome. Imprégnés de l’ambiance chaleureuse d’une maison pleine de charme, les jardins et une canopée luxuriante d’arbres matures créent une atmosphère introspective qui s’étend sur 24 suites, donnant toutes sur des cours avec des étangs, certaines avec des piscines privées.

1556800961217072 khmer village house patio high res 91571556805268899474 vintage mercedes high res 10117
1556800981461626 lap pool reflections  high res 6619
Atmosphère intime, dans la maison khmère rustique Amansara où sont servis d’authentiques plats locaux. À côté de la piscine centrale, derrière un mur d’un mètre de haut, se cache un bassin de 25 mètres de long, offrant un autre refuge pour se ressourcer.

Alors que je songe à prendre un verre de gin Seekers, proche du London Dry, Astrid et le professeur Fletcher arrivent. Avant ma première visite au parc archéologique d’Angkor, le lendemain matin, je n’aurais pas pu demander une meilleure introduction à la civilisation khmère. Dévorante et fascinante, la passion du professeur Fletcher est tout simplement contagieuse. Il me présente la géographie du Cambodge au cœur même de l’Indochine, bordée par la Thaïlande à l’ouest, le Laos au nord, le Vietnam à l’est et le golfe de Thaïlande au sud. "Le Cambodge est un pays qui, malgré sa taille relativement petite et ses grands voisins dominants, a réussi à conserver son identité khmère unique", déclare-t-il. "Ses traditions culturelles sont antérieures à celles de la Thaïlande et, contrairement au Vietnam où l’influence chinoise est prononcée, les racines culturelles du Cambodge sont fortement inspirées du sous-continent indien", ajoute-t-il. La conversation animée se poursuit alors que nous nous dirigeons vers la magnifique salle à manger circulaire, avec son plafond vertigineux de sept mètres de haut. Cœur palpitant d’Amansara et centre névralgique de la propriété, le restaurant sert une cuisine khmère profondément enracinée dans les saveurs cambodgiennes, ainsi qu’un menu occidental tout aussi appétissant.

 

Autour d’une sélection de spécialités khmères, le professeur poursuit en expliquant que les ruines d’Angkor sont "entourées de forêts et de rizières, au nord du Tonlé Sap, au sud des monts Kulen et à quelques minutes du centre de Siem Reap". Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, le parc archéologique compte plus de 1000 temples, seul vestige restant du magnifique empire khmer qui prospéra du IXe au XIIIe siècle. La période angkorienne a commencé en 802 après Jésus-Christ lorsque le monarque hindou khmer Jayavarman se déclara "monarque universel" et "dieu-roi". Elle dura jusqu’en 1431, lorsque les envahisseurs Ayutthayan saccagèrent la capitale khmère, poussant la population à migrer vers le sud en direction du Phnom Penh actuel. On dit qu’Angkor fut, à son apogée, la plus grande ville préindustrielle du monde, dotée de systèmes agricoles sophistiqués capables de subvenir à l’alimentation de plus d’un million de personnes.

1556801844035476 img 09101556801866129088 img 0915
Le vaste paysage de temples a été rendu possible par le mariage d’une architecture rituelle sophistiquée et d’un système très ingénieux de gestion de l’eau. Ce dernier a permis d’édifier quelque 1000 temples, parmi lesquels Angkor Vat, Ta Prohm, Preah Khan et Bayon. Grâce à l’accès unique d’Amansara aux ruines, les clients de l’hôtel peuvent éviter la foule et visiter les temples dans le silence le plus total.

Impatient, je retourne dans ma suite me coucher de bonne heure pour une courte nuit avant le réveil matinal du lendemain. Décorées dans des tons terreux avec un sol en terrazzo gris frais, du bois sombre et des murs d’ivoire, les suites sont aménagées en combinant les espaces de repos et de vie, réunis dans un cadre généreux, ouvert à plusieurs niveaux. Ma suite, dotée d’une piscine, mesure 80m2 et offre une grande intimité en toute sérénité avec, tout autour, une cour privée abritée par des arbres. Je pourrais vivre ici – sans souci.

 

À 4 h 30 tapantes, un léger coup à la porte annonce la livraison d’un petit déjeuner avant qu’il soit enfin temps de se diriger vers Angkor. À Amansara, chaque suite dispose de son propre véhicule (un tuk-tuk) et de son chauffeur pour les expéditions dans le parc archéologique de renommée mondiale. Mon guide, père de trois filles d’une trentaine d’années, me donne un avant-goût instructif de ce que nous verrons aujourd’hui. Alors que nous filons à travers les rues de Siem Reap dans l’obscurité la plus totale, nous passons devant d’autres lève-tôt. Dans une partie sombre de la route principale, nous tournons brusquement à gauche pour prendre une route en terre battue et, devançant ma question, il prédit: "Vous allez vous régaler, monsieur".

 

Rien n’aurait pu me préparer à ce qui s’est produit ensuite. Après avoir passé une porte de sécurité sans prétention, le tuk-tuk s’arrête et nous continuons à pied dans l’obscurité avec rien d’autre que nos lampes de poche en main. Alors que les premiers rayons du soleil commencent doucement à faire leur apparition à l’horizon, les contours époustouflants d’une gigantesque structure se dressent devant nous: le temple d’Angkor Vat. Probablement le symbole le plus connu et le mieux conservé de l’ancien empire khmer, son quinconce finement sculpté de tours s’élève vers le ciel, donnant l’impression d’une montagne-temple. Construit pour le roi Suryavarman II au début du XIIe siècle comme temple d’État et capitale, il devint le centre de la tradition khmère hindoue pour le reste du siècle. Nous sommes entièrement seuls lorsque nous nous promenons dans le temple au lever du soleil, un privilège exclusif réservé aux vacanciers séjournant au Aman. J’aurais bien du mal à imaginer une manière plus exceptionnelle de vivre cette expérience: me voilà le visiteur unique de l’un des sites les plus impressionnants au monde, sans aucun autre touriste autour de moi. La scène imprime un souvenir qui restera à jamais gravé dans ma mémoire.

 

Pour permettre ce degré de privilège, des visites sont pré- vues (très) tôt le matin et l’après-midi. Nous retournons donc à Amansara car Siem Reap est à présent complètement réveillé, et les rues animées bourdonnent au son des voitures, des tuk-tuks et des autocars de touristes chinois. De retour dans l’oasis de tranquillité des jardins d’Aman, je décide de visiter le spa, accessible par un chemin longeant un miroir d’eau. La réception est flanquée d’un salon et d’un jardin dans une cour, abritant un ancien arbre de pluie époustouflant. Seules quatre salles de soins sont disponibles, permettant au spa de rester intime et silencieux.

1556803853449330 roof terrace  high res 75901556803835256340 spa entrance  high res 7593
La terrasse du toit de l’Amansara (à gauche), avec ses sièges rembourrés et ses petites tables ombragées par les arbres. L’endroit idéal pour siroter un gin tonic, en début de soirée et l'entrée du spa (à droite).

Après le déjeuner et une courte sieste dans ma cour privée, c’est le moment de la deuxième visite de temple, cette fois à Ta Prohm. L’immense succès de ce temple remonte à l’an 2000, lorsque la superproduction hollywoodienne "Tomb Raider" y a été tournée. Aujourd’hui, beaucoup l’appellent encore le temple Tomb Raider. Le film mettant en scène Angelina Jolie est en grande partie responsable de l’essor du tourisme à Siem Reap et au Cambodge en général. Ta Prohm a été achevé il y a 800 ans et, comme de nombreux autres bâtiments, a ensuite été abandonné dans la jungle jusqu’à sa découverte, à l’époque moderne, des racines énormes de kapokiers et de figuiers ayant eu le temps de s’enrouler autour de la pierre comme des nœuds de serpents tordus. Le site est doté d’un sanctuaire, ou vihara, au centre de murs rectangulaires entourés de 39 tours. Une inscription sur une dalle de pierre dressée recense les 12500 habitants ayant servi dans le temple, parmi lesquels 18 grands prêtres et plus de 600 danseurs, ainsi que 80 000 personnes des environs.

 

Le soir même, après un somptueux dîner khmer servi dans la cour privée de ma suite au milieu d’un océan de bougies, je vais de nouveau au lit de bonne heure, car le lendemain réserve un programme chargé. Nous visitons le temple de Preah Khan, un autre complexe monastique impressionnant, suivi du petit-déjeuner servi dans une maison traditionnelle du village khmer d’Aman. Située au centre du parc archéologique, cette maison en bois est érigée sur des pilotis et surplombe le bassin royal de baignade de Srah Srang datant du Xe siècle. Nous nous dirigeons ensuite vers le réservoir Preah Khan, où je suis conduit vers un petit ba- teau qui nous emmène au-dessus des eaux calmes de ce réservoir artificiel vers un autre temple, celui-ci étant un ancien hôpital, mais pas avant un piquenique élégant, dégusté alors que nous flottons sur les eaux, entourés d’un paysage des plus magnifiques et sereins. Lorsque nous arrivons à la sortie du temple, le chauffeur affecté à mon tuk- tuk m’attend avec les serviettes propres en usage. Alors que nous rentrons à vive allure, mon guide décide qu’il n’est pas possible pour moi de quitter Angkor sans avoir vu le temple richement décoré du Bayon avec ses multiples visages souriants sculptés dans la pierre de ses nombreuses tours. À notre arrivée, les heures de visite sont terminées, mais nous nous faufilons par une entrée à l’arrière et une fois de plus, je suis émerveillé par ces ruines impressionnantes que je peux admirer en toute intimité.

J’aurais pu passer mon dernier jour dans le charmant cocon qu’est Amansara, mais c’eût été un vrai péché de manquer les nombreux plaisirs sensoriels de Siem Reap. Suivant la carte de la propriété et mon chauffeur de tuk-tuk, je parcours les rues de Siem Reap, m’arrêtant aux endroits suggérés sur la carte et en découvrant d’autres par moi-même. Siem Reap est une ville tranquille par rapport aux autres villes cambodgiennes, un endroit charmant avec des restaurants, des magasins et des petites entreprises disséminées dans son périmètre urbain. Alors que le soleil se couche, je retourne à la terrasse sur le toit pour un dernier gin tonic avant le repas pris dans la grande salle à manger.

 

Le lendemain matin, alors qu’une Mercedes vintage ayant autrefois appartenu au roi Sihanouk attend, prête à m’emmener à l’aéroport, je me souviens de la toute première fois où j’ai entendu parler de ce coin du monde fascinant et magique. J’avais 14 ans, et je suis tombé sur un exemplaire du magazine "National Geographic", exemplaire que j’ai conservé avec moi depuis plus d’un quart de siècle. Sur sa couverture: la photo d’une ancienne ruine de temple entourée d’une jungle dense semblant combattre les puissantes racines des arbres et autres végétaux voraces. Elle représentait Ta Prohm. Je ne sais pas vraiment pourquoi il m’a fallu si longtemps pour faire enfin ce voyage crucial, mais maintenant que je l’ai fait, deux choses me sont apparues: premièrement, l’expérience du temple est exactement telle que je l’avais imaginée pendant ces 25 dernières années; deuxièmement, j’ai enfin trouvé mon "hôtel préféré" – une question qui vous est posée chaque semaine en tant que journaliste touristique et à laquelle, jusqu’à présent, je n’avais jamais réussi à donner une réponse appropriée. Le sanctuaire raffiné qu’est Amansara a changé cela et je suppose qu’il restera mon préféré pour les 25 prochaines années, ou peut-être plus longtemps encore, qui sait? Voilà jusqu’où s’étend ma loyauté.

amansara.com

 

Image Credits:
DR
AMAN HOTELS & RESORTS
PATRICK HEVEN

Tags

travel

Articles associés

Recommandé pour vous