Shopping

Lingerie and the City

À 53 ans, Sarah Jessica Parker ressuscite l’allure folle de Carrie Bradshaw pour Intimissimi.
Reading time 2 minutes

Une longue chevelure blonde, une pochette, des stilettos et un pyjama en soie, le tout dans les rues de New York: pas de doute, on a bien affaire à Sarah Jessica Parker. Vingt ans après le lancement de la série culte Sex and the City, son personnage Carrie Bradshaw semble être de retour dans un nouveau rôle, celui d’égérie d’Intimissimi. Ce qui lui réussit: lors de son arrivée au défilé de la marque italienne à Vérone en septembre dernier, elle a eu droit à une standing-ovation enflammée.
Depuis 1996, la maison italienne ne cesse de monter en puissance, proposant une conception de la lingerie à la fois sexy et laid-back, s’offrant des mannequins 5 étoiles comme Irina Shayk et Gisele Bündchen. «Pour choisir une ambassadrice, la question se pose souvent: vraie femme ou muse sur mesure?», explique Sandro Veronesi, PDG du groupe Calzedonia auquel appartient Intimissimi, «avec Sarah Jessica, nous avons choisi la première option.» C’est-à-dire miser sur une businesswoman, mère de famille, icône, non seulement de la mode mais aussi de la pop culture.
D’autant que l’actrice américaine a toujours été adepte de lingerie, et particulièrement de soutiens-gorge noirs, comme elle le confesse – d’où le modèle «Jessica» qu’elle incarne aujourd’hui. Le nom de la campagne? «No one can judge me.» Ça lui va plutôt bien: «Avoir le choix, c’est ce qui nous permet d’avoir le contrôle de nos vies, de nous sentir être nous-mêmes», analyse Sarah Jessica Parker. «Surtout, ne pas ressembler aux autres. La mode est un apprentissage permanent dans lequel je reste très libre.»

 

intimissimi.com



Image Credits:
ZVG

Articles associés

Recommandé pour vous