Pop Culture

Non, vous ne rencontrerez pas l'âme soeur au hasard d'une rue

by Michel Forte, France
24.01.2017
On ne va pas se mentir: rencontrer quelqu'un lorsqu'on habite une grande ville relève du défi ou, pire, du casse-tête pour les plus empotées d'entre nous. Voici quelques tuyaux afin de pouvoir survivre dans la jungle du cyber-dating et de l'amour moderne.

À moins de vous appeler Drew Barrymore ou Cameron Diaz, ne comptez pas rencontrer votre nouveau boyfriend dans des circonstances normales, voire romantiques. Plus tôt vous vous enlèverez l'image d'Épinal que vous vous faites de la rencontre avec un grand R, plus tôt vous serez efficace sur le marché très concurrentiel des célibataires urbains. Plus personne ne se rencontre au hasard d’une promenade dans le 6e arrondissement de Paris, pendant un dîner chez des amis, en allant boire un café avec ses meilleures copines ou encore en fumant des Malboro Light au fumoirde l'hôtel Pigalle. En terrasse, vous êtes trop occupée à boire pour oublier votre journée de merde et votre boss caractériel. Vos copines ne vous invitent plus à dîner pour la simple et bonne raison qu’elles ont des enfants et n’organisent plus que des goûters. Quant à la rencontre sur le dancefloor, vous avez déjà fait une croix dessus depuis que le Baron a fermé et que la moyenne d’âge des habitués de la Mano est équivalente à la moitié du vôtre. 

L'étincelle 2.0

Ce bon vieux Cupidon est donc au chômage technique. Mais pas de panique. Là où les traditions se perdent, l’iPhone prend toujours le relais. Misez donc sur les nouvelles technologies afin de créer l’étincelle 2.0. Vous aurez l’embarras du choix. Pour celles d’entre vous qui ne se voilent pas la face, Tinder, Happn ou autre Adopte un mec devraient pouvoir faire l’affaire. Attention cependant à ne pas tomber dans le piège que de nombreux hétérosexuels se tendent à eux-mêmes: confondre les vessies et les lanternes. Ces applications de rencontres géolocalisées permettent de se rencontrer vite et bien, et de voir en un swap combien d’amis on a en commun et dans quel quartier on habite. Le genre de détail dont on se préoccupe lorsqu’on a envie de faire tomber les sous-vêtements sans passer par la case: “Tu fais quoi dans la vie? Elle s’appelle comment ta maman? ” À éviter donc si on est plutôt du genre bavarde, ou en quête affective perpétuelle. 

Pour les autres, qui veulent recréer un semblant de mystère sans bouger de leur canapé, des appli plus traditionnelles peuvent également s’avérer être un bon investissement. Essayez Snapchat, par exemple. À l’origine, cette appli permettait aux adolescents de s’envoyer des dick pics et autres mots cochons sans laisser de traces. La moitié de Paris a déjà vu vos parties intimes et la dernière fois que vous avez flirté, c’était en été 1988 sur fond de Vengaboys à Ibiza. Snapchat est donc pour vous. Inscrivez vous, montrez-vous sous votre plus beau jour, envoyez des mots doux et des photos de chaton à Derek, le mannequin que vous avez rencontré hier sur une séance photo ou à Vincent, le nouvel informaticien de 25 ans à peine arrivé au bureau. Trente secondes plus tard, tout aura disparu et cette emballement romantique ne sera qu’un lointain souvenir. Et votre dignité, au passage, restera intacte. La technique fonctionne aussi avec Instagram, où vous likerez avec modération les photos de votre nouvel target, tout en commentant ses photos de vacances ou de coucher de soleil avec des emojis “point levé” ou encore “cœur avec les yeux”. À ce rythme-là vous risquez d’y être encore dans six mois mais la patience peut avoir des vertus. Message privé à l’horizon si vous vous débrouillez comme il faut.

Prendre les cyber devants

Une fois le contact établi, il s’agit d’entrer dans le vif du sujet : passer au stade de la vraie vie. Cette étape est cruciale, surtout si vous avez un faible pour les garçons plus jeunes que vous, ceux qui sont nés après l’invention du téléphone mobile et d’Internet. Il n’est pas rare de tomber sur ce qu’on appelle des serial-chatters, des gens qui sortent très peu de chez eux mais qui discutent pendant longtemps, très longtemps, avec des filles, beaucoup de filles à la fois, par écrans interposés. Et qui se défilent au moment de répondre à la question : “On prend un verre ? ” Dites-vous une chose : vous ne tirerez jamais rien de ceux-là. Malheureusement, il faut parfois prendre les cyber devants, même quand on est une femme, si on ne veut pas finir sur la touche. Le smartphone est un outil, un prétexte à la rencontre, pas une fin en soi. Si vos discussions s’éternisent sur une durée supérieure à 15 jours, jetez l’éponge. À moins d’appartenir à Emmanuel Macron, ce qu’on vous souhaite du fond du cœur, tout agenda au monde est capable de se libérer sur un créneau de 10 à 15 jours. Si vous discutez par messages interposés pendant trop longtemps, cela veut en général dire que vous servez d’échauffement à fantaisies solitaires avant l’heure du coucher. Oui oui, vous avez bien compris, on ne vous fait pas un dessin. Et vous n’avez pas envie de ça. Pensez temps passé sur l’iPhone versus rencard potentiel. S’il se défile, n’hésitez pas, comme dans les 90s, à dire : “Next !”

Au bar d’hôtel

Ne fixez jamais un premier rendez-vous en fin de semaine. Carrie Bradshaw est désirable parce qu’elle a des amies, une vie sociable splendide et des tonnes de cocktails auxquels elle doit assister. Si on vous demande donc un rencard entre le jeudi et le dimanche, dites simplement non. Vous êtes bien trop occupée. Le mercredi, c’est le jeudi soir du célibataire. Oubliez également les endroits de votre quotidien. Premièrement parce que vous n’avez pas envie de vous dévoiler trop vite, et deuxièmement, parce que vous n’avez pas envie de croiser votre ex, l’amie avec qui vous deviez aller au cinéma mais que vous avez planté il y a deux heures, ou, pire encore, votre rencard de la semaine précédente. En ce qui concerne le choix du lieu, sachez que la tendance est au bar d’hôtel, un concept que les Américains pratiquent depuis une décennie mais que nous, Parisiens toujours en retard sur tout, venons de découvrir. Évitez tout de même le triangle d’or si vous ne voulez pas vous faire payer pour la prestation. Pour la tenue, le choix de la boisson, la coiffure, le maquillage, l’humour, la culture et les sujets de conversation, on vous fait confiance : vous nous lisez depuis assez longtemps pour savoir ce qui vous rend fabuleuse. Respirez un grand coup, on vous laisse faire le reste.

Partager l’article

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous