L'Officiel Art

L’art d’aimer l’art

En Suisse, des figures privilégiées s’engagent avec des projets culturels inédits et inspirés. Exemples de bénévolat à haute concentration créative.
Reading time 4 minutes
Enclosure, Rachel Rose © Avec l’aimable autorisation de l’artiste, de la Galerie Pilar Corrias, Londres et Gavin Brown’s entreprise, New/York Rome.

Donald Hess et le Musée James Turrell, Argentine

Donald M. Hess, homme d'affaire et producteur de vin suisse, s’est intéressé très jeune à l’art. La Hess Art Collection couvre cinq décennies d'histoire de l’art, de l'expressionnisme abstrait jusqu’à des œuvres contemporaines, comme celles du jeune sculpteur allemand Marco Schuler. A Colomé, dans la Province de Salta, à 2200 mètres d’altitude et au milieu de ses vignes, il a ouvert un musée unique au monde dédié à l'œuvre de James Turrell, qui a eu le privilège de concevoir lui-même l’espace. Outre de nombreux dessins, gravures et projections, le musée présente plusieurs skyspaces, les œuvres les plus populaires de l'artiste américain, à l’instar de «Unseen Blue» (2002), un grand atrium à toit ouvert.

James Turrell, Unseen Blue, 2002. © James Turrell, Photo: Florian Holzherr. Courtesy of Grupo Colomé.

Not Vital et la Fundaziun Not Vital, Engadine

C’est un artiste qui ici s’est converti en mécène. Alors qu’il travaille entre Pékin et Rio de Janeiro, le peintre et sculpteur Not Vital, né en 1948 à Sent, a choisi sa terre natale pour y établir sa fondation. La Fundaziun Not Vital s’engage dans au moins trois projets en Engadine. D’abord, une bibliothèque à Ardez, dans la maison historique Planta. Cette dernière se bat pour conserver tous les livres publiés en romanche, langue vraisemblablement vouée à disparaître si rien n’était mené pour la préserver. Par la suite, Not Vital a acheté Le Parkin, un parc abandonné qui a été réhabilité et rempli de sculptures. L’artiste est aussi devenu le nouveau propriétaire du château de Tarasp, en Basse-Engadine, qui abrite désormais une collection d'art ancien, moderne et contemporain.

1562140667817923 untitled
Not Vital, Stage, 2011. © Fundaziun Not Vital, Photo: Eric Gregory Powell

Maja Hoffmann et LUMA Arles, France

La marraine helvétique de l’art contemporain, soutient depuis longtemps plusieurs institutions culturelles branchées, tel le Swiss Institute à New York. En 2004, elle a créé sa fondation Luma pour soutenir les créateurs. Le LUMA Westbau à Zurich présente des expositions et projets produits par la fondation, qui devient aussi le promoteur de projets artistiques ambitieux, tels que le festival d’art alpin avant-gardiste Elevation 1049. En 2013, elle lance en Provence Luma Arles, dans l’objectif de concevoir, développer et gérer le Parc des Ateliers, un ancien site industriel. Signé Frank Gehry, cet espace est une plateforme pour les différentes initiatives de la fondation. Exposition de cet été: «Enclosure», nouvelle installation vidéo de la jeune artiste new-yorkaise Rachel Rose. Son sujet: la mondialisation, entre perte de l'espace public, migration et démagogie.

Vue d’Arles depuis le quartier de Trinquetaille. Bâtiment Ressource conçu avec Frank Gehry. Luma Arles, Parc des Ateliers, Arles (France). © Hervé Hôte

La Famille Laurenz et le Schaulager, Bâle

Destination incontournable à Bâle, le Schaulager est dirigé par la Fondation Laurenz et abrite les œuvres de la collection de la Fondation Emanuel Hoffmann, le père de Maja. Cette institution organise de magnifiques expositions temporaires. L’été passé, la rétrospective de Bruce Nauman «Disappearing Act» a fait un carton public et critique. En ce moment, des visites mensuelles gratuites donnent accès à l'une des œuvres les plus audacieuses et les moins conventionnelles acquises par la Fondation: l’ancien studio bâlois de Dieter Roth, l’artiste conceptuel suisse disparu en 1998.

Schaulager® Münchenstein/Basel. Photo: Ruedi Walti, Basel

Uli Sigg et le M+Museum, Hong Kong

C’est le zurichois Uli Sigg qui a découvert Ai Weiwei et l’a rendu célèbre. L’entrepreneur, ancien ambassadeur de Suisse en Chine, maintenant cadre chez Ringier, a développé la plus importante collection d'art contemporaine chinoise du monde. La majeure partie de cette collection a été transférée au musée M+ de Hong Kong, dessiné par les architectes Herzog et De Meuron et dont l'ouverture est prévue prochainement. L’ensemble réunit environ 1500 œuvres, ce qui en fait l’une des donations d’œuvres d’art les plus importantes jamais faites à un seul musée.

1561651868441495 untitled
Wang Guangyi, Mao Zedong: Red Grid No. 2, 1989. ©M+ Sigg Collection, Hong Kong.

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous