Woman

On a trouvé la vaisselle vintage la plus désirable à (s')offrir

Grâce à Objects Inanimate, vous pourrez enfin trouver des articles sélectionnés avec goût, tant singuliers qu'esthétiques. Le tout au potentiel responsable.
Reading time 7 minutes

À l'origine de cette belle idée : Aude Chomette. La jeune femme a réussi un pari étonnant : imaginer un label désirable à souhait, mais surtout proposer une manière de consommer en pleine de concience. Avec Objects Inanimate, la jeune femme part chiner des pièces de vaisselle délicates, kitsch ou totalement fantasques, mais toujours choisies avec un certain talent. À la recherche d'un service unique ? Vous ne serez pas déçus si vous optez pour un article de la marque ! Sur le site web, vous pourrez même dénicher la perle rare en choisissant de shopper par style ou par couleur. Une forme ludique et innovante pour partir à la chasse aux trésors. La rédaction a rencontré Aude Chomette, qui nous en a dévoilé davantage sur Objects Inanimate.

L'Officiel : Objects Inanimate, pourquoi ce nom ?

Aude Chomette : J’ai toujours aimé penser que les objets ont une vie qui leur est propre. Ils passent de mains en mains, de maison en maison, imaginez tout ce qu’ils auraient à raconter s’ils pouvaient parler...

J’aime aussi cette citation de Lamartine qui décrit bien l’attachement que nous pouvons avoir aux objets: "Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?" 

J’ai ainsi voulu jouer avec l’idée que les objets sont par essence "inanimés", mais en fait... Un peu comme un secret bien gardé. Ce serait en fait un monde fantastique rempli d’objets vivants.

 

LO : D'où vous est venue cette idée de remettre le vintage homeware au goût du jour ?

AC : J’aime recevoir, faire une jolie table, acheter des fleurs, toutes ces choses qui, pour moi, font la chaleur d’une maison.

Et pour les objets, la vaisselle, je ne trouvais rien qui me plaisait, ou bien les prix étaient trop élevés. Je trouvais tout très uniforme, et surtout il y avait très peu de couleurs.

J’ai chiné de plus en plus pour trouver des objets qui me correspondaient davantage. J’ai vu que mes amis remarquaient cela, et j’ai réalisé que je n’étais pas la seule à vouloir des objets du quotidien qui sortent de l’ordinaire. J’ai eu envie de partager mes trouvailles et de créer ma collection. J’ai toujours collectionné : j’ai une collection de pins, de boîtes, de boules à neige (ma préférée, j’en ai presque 100)... C’était l’envie d’ouvrir mon monde, de partager mes goûts avec ceux qui le souhaitent. J’aime mélanger des choses très différentes, des styles parfois opposés pour en faire quelque chose de personnel.

 

LO : Comment chinez-vous votre collection ?

AC : Je fais les brocantes, les marchés aux puces, les ventes aux enchères. C’est la partie que je préfère. Je pourrais y passer des semaines entières ! J’adore arriver dans un entrepôt poussiéreux et chercher des heures. Il y a des choses que je vois tout de suite et d’autres qui demandent plus d’imagination, il faut les visualiser dans un autre environnement mais en général j’hésite rarement.

 

LO : Quelle est la plus value de votre label ?

AC : C’est une passion, un hobby. J’adore voyager, chercher, trouver, mélanger. C’est très personnel, je l’ai toujours fait. Tout a commencé avec le plaisir que cela me procure et l’envie de le partager. J’aime aussi quand les gens me contactent avec une idée, un style, une couleur en tête, et je crée pour eux l’ensemble idéal au fur et à mesure de mes recherches.

 

LO : Imaginez-vous l'histoire qui se cache derrière chaque pièce que vous dénichez ?

AC : Je recherche l’histoire de chaque objet que je trouve et je la partage sur mon site. Parfois, on ne peut pas retracer l’histoire de certaines pièces aussi précisément que pour d’autres mais j’aime l’idée qu’on achète une pièce en sachant qui l’a fabriquée, à quel endroit, à quelle période. C’est toute la valeur ajoutée du vintage, les choses viennent avec une histoire.

J’adore ce moment, celui de prendre le temps de rechercher l’histoire de chaque objet. Au fur et à mesure, j’ai créé ma bibliothèque : des livres d’identification, de collectionneurs de verrerie, des anciens catalogues d’usine de fabrication... C’est tout un monde et c’est passionnant. Il y a aussi des clubs de collectionneurs d’objets pour la maison et des arts de la table. J’ai même trouvé un club pour les collectionneurs de porte cure-dent, et je comprends, j’ai trouvé des porte cure-dents géniaux ! J’aimerais aussi pouvoir continuer la chaîne, savoir où les objets vont une fois qu’ils sont vendus, prendre en photo les personnes dans leur maison, avec leurs objets, voir en quoi ils se ressemblent (ou pas d’ailleurs). J’ai toujours envie de savoir quelle personne et quelle maison sont derrière chaque commande.

 

LO : Quelle pièce homeware de votre collection est votre favorite ?

AC : C’est difficile, chaque pièce que j’achète est un coup de cœur...

Mais j’ai un faible pour les céramiques en forme de légumes. Et dans un style très différent : j’adore les pièces en verre irisé, les reflets à la lumière sont magnifiques et c’est quelque chose qui ne se fait plus du tout.

 

LO : Comment définiriez-vous Objects Inanimate en 3 mots ?

AC : Tous mes jouets.

/

Articles associés

Recommandé pour vous