Hommes

Le nouveau Coupé Mercedes Classe E

Avec ses proportions efficaces et son design tout en épure, la nouvelle Classe E de Mercedes-Benz marque d’emblée des points. Avec son confort, sa motorisation puissante et son système d’assistance à la conduite particulièrement bien pensé, cette élégante trois portes sait également séduire, traçant fièrement la route de la conduite semi-autonome.
Reading time 7 minutes

Quand on croise de nos jours une très belle femme de plus de 35 ans, il y a quelque légitimité à se demander si elle n’aurait pas, pour avoir si belle allure, peut-être un peu aidé la nature. A cette question, en ce qui concerne la nouvelle Classe E de Mercedes, on répondra évidemment par l’affirmative. Mais on ne cachera pas non plus son admiration sincère. Car cela fait maintenant près de 5 décennies que ce modèle reste parfaitement dans l’air du temps, s’adaptant aux évolutions du marché et aux attentes techniques et esthétiques des conducteurs avertis. Or on serait tenté de dire qu’elle n’a jamais été plus séduisante qu’aujourd’hui. Pas de médecine esthétique pour la belle cependant, juste les mains en or d’un chef-designer d’exception, Gorden Wagener. Des mains capables, semble-t-il, de modeler la tôle avec la même facilité que d’autres ont à pétrir la cire jusqu’à trouver la forme optimale, idéalement aboutie.

/

«Vous avez raison, commente Artur Demici, directeur Corporate Communications de Mercedes-Benz Suisse, concrètement, c’est à peu près de cette manière que les choses se passent». Cela dit en flattant de la main les flancs du luxueux véhicule. Dans son travail en effet, c’est en partant de modèles en argile que Wagener élabore, étape par étape, courbe après courbe, le design d’un futur modèle. Jusqu’à ce que soit atteint l’équilibre parfait des volumes et des lignes qui dialoguent en parfaite harmonie.

Less is more… En matière de design comme de style, ne pas en faire de trop est souvent le meilleur moyen de mettre en plein dans le mille. Et de nous en mettre plein les yeux. Ainsi, les lignes anguleuses, arrêtes saillantes et autres rainures ont été gommées: inspiré de l’aérodynamisme des bolides, c’est un travail de bossages qui crée désormais la tension et sculpte la ligne franchement masculine du nouveau coupé Classe E. Une sportivité sur laquelle l’impressionnante grille de calandre diamant intégrant l’emblème de la marque vient apposer sa virile signature, tandis que la fluidité de la ligne de toit, l’arrière athlétique et le long capot avec ses powerdomes développent l’idée. Alors que je prends mes aises et m’installe confortablement au volant, Artur Demici, quant à lui, n’hésite pas à se plier en quatre et à se livrer à quelques acrobaties pour m’instruire dans le bon usage des commandes du siège conducteur, intégrées à la portière. Un léger bourdonnement accompagne les réglages millimétrés du siège mode intégral – vers l’avant d’abord, latéralement, puis en arrière. Je suis conquise par l’assise extensible qui me soutient jusqu’au creux des genoux.

Le temps que je m’accoutume au tableau de bord et à cet intérieur des plus soignés, nous voici déjà sur l’autoroute. A l’heure de pointe et dans un tunnel. Autant dire, en plein bouchon. Stop and Go. Ce qui n’est décidément pas pour me ravir, moi qui n’attends rien d’autre que de mettre à l’épreuve les 333 chevaux que le coupé E 400 4Matic dissimule sous son rutilant capot. Monsieur Demici, par contre, semble ravi. Et me demande même de lâcher le volant et de ne plus toucher la pédale de gaz. J’ose une protestation: «Il faut bien que je conduise, tout de même!». «Vous ne devez rien faire du tout.» Passé l’étonnement, je m’exécute et me contente d’actionner le clignotant. Sans autre commande de ma part, la voiture accélère et change de voie, s’adaptant de fait à la fluidité relative du trafic. Soudain, un bip retentit. Je ne m’y attendais pas. Mon réflexe: reprendre le volant fissa! «Bien joué!» J’ai droit aux félicitations de Monsieur Demici. «Le système d’assistance à la conduite veut juste s’assurer que vous ne vous êtes pas assoupie.» Si vraiment il n’est pas question d’une chose, c’est bien de s’endormir maintenant! Je suis toute concentration et observe avec une attention vigilante le comportement du véhicule sur la route. Le nouveau coupé Mercedes Classe E est en pleine démonstration de conduite semi-autonome. Une démonstration en tous points convaincante. Car à l’instant précis où je commence enfin à me détendre, la voiture devant nous déboîte soudain à gauche. Avant même que j’aie pu réagir, le freinage d’urgence assisté actif s’est déjà chargé des 1,8 tonnes dans lesquelles nous sommes embarqués: la voiture pile – et cependant, grâce aux appuie-tête actifs et aux sièges stabilisateurs, nul risque d’entorse cervicale. Bye bye coup du lapin!

 

Avec une longueur de 4,80 mètres pour 1,80 mètres de large et 140 centimètres de haut, le nouveau coupé Classe E de Mercedes domine nettement ses prédécesseurs. Ce qui présente un net avantage de confort pour les passagers qui apprécient, à l’arrière, l’espace laissé aux jambes et au-dessus de la tête, de même que l’amplitude latérale dans l’ensemble de l’habitacle. Ainsi, la nouvelle Mercedes Classe E coupé combine l’élégance d’un véhicule Grand Tourisme avec les avantages de la technique dernier cri: la connectivité de pointe, le tableau de bord widescreen, les multiples systèmes d’assistance, tout cela animé, au choix, par une motorisation essence 184, 245 ou 333 chevaux ou également par un moteur diesel 194 chevaux monté sur un train de roulement particulièrement agile avec suspension pneumatique multicoussins garantissant une souplesse de conduite et une sportivité des plus agréables ainsi qu’une sécurité absolue.

 

Le modèle E 200 d’entrée de gamme est proposé à partir de CHF 61000 CHF 78400 pour la Classe E coupé E 400 4Matic. www.mercedes-benz.ch

 

Photo Credit: DR

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous