Beauté

Sophie Trelles-Tvede fondatrice de Invisibobble

Les choses les plus simples sont souvent à l’origine des meilleures idées. Pour SOPHIE TRELLES-TVEDE, entrepreneuse passionnée, tout a commencé avec un cordon de téléphone et une soirée à thème.
Reading time 4 minutes

Il était une fois une soirée déguisée qui marqua le début d’une carrière. Il était aussi une fois une idée bricolée en tout hâte qui engendra un objet utile voire indispensable. Encore fallait-il avoir du air et de la détermination pour transformer un coup de hasard en succès et un objet trivial en accessoire de conte de fée moderne. C’est ce qu’a parfaitement réussi Sophie Trelles-Tvede.

Née d’un père danois et d’une mère espagnole, Sophie Trelles-Tvede arrive en Suisse alors qu’elle a tout juste 1 an. Après avoir obtenu son baccalauréat international (BI) en anglais, elle envisage un cursus en Angleterre. Sophie est déterminée à fréquenter l’une des meilleures universités du pays, et rejoint alors la Warwick Business School. Au terme du premier semestre, la jeune femme de 23 ans se rend compte que le programme n’est pas aussi ardu qu’elle l’imaginait. Cela lui laisse donc beaucoup de temps pour profiter des fêtes et de la vie estudiantine. Mais Sophie a d’autres idées en tête et ne veut pas continuer d’avancer sans développer tout son potentiel. Alors, comme par un coup de pouce du destin, elle est invitée à une soirée déguisée sur le thème du mauvais goût. C’est à cette occasion qu’elle trouve l’inspiration pour le produit qui bouleversera sa vie.

Pour la soirée, la jeune femme a déjà sa tenue mais en partant elle remarque qu’elle ne s’est pas occupée de sa coi ure. Elle doit improviser: elle attrape un vieux cordon de téléphone et l’attache dans ses cheveux. La soirée et sa tenue sont réussies. Au réveil, le lendemain matin, elle s’aperçoit que, pour une fois, elle n’a pas l’une de ces migraines habituelles provoquées par les élastiques pour cheveux. Ensuite, c’est l’a aire d’un coup de l à son ami Felix Ha a, alors propriétaire de l’entreprise de produits de beauté New Flag Group. À 23 ans, Ha a est responsable de la distribution de marques telles que Tangle Teezer et Olaplex. L’idée de l’Invisibobble était née: un élastique à cheveux antifourches et anti-maux de tête et qui, grâce à sa structure en spirale, ne laisse pas de pliss sur la chevelure. Les deux entrepreneurs concrétisent leur idée ingénieuse avec un capital de départ de seulement 4 000 euros et mettent du cœur à l’ouvrage. Trois mois plus tard, le produit ni est prêt et disponible dans une boutique en ligne. Après les dernières finitions, vient le temps de la commercialisation, notamment dans les salons de coiffure en Allemagne.

Peu après, de grandes enseignes comme la chaîne de drugstores britannique Boots remarquent l’Invisibobble et l’intègrent à leur assortiment. Le travail nit par porter ses fruits et l’élastique nouvelle génération ne tarde pas à être à tous les poignets, même à ceux de top modèles comme Irina Shayk! Il est très prisé auprès des con- sommatrices de tous les âges. Malgré son entreprise florissante, Sophie termine ses études et obtient un Bachelor en management. Aujourd’hui, son produit est disponible dans plus de 70 pays. Une version sport pour une tenue extra forte appelée, Power, a été créée ainsi qu’une version petite taille, pour n’attacher que quelques mèches, et qui sera baptisée Nano. Comment se dessine l’avenir? Sophie élabore déjà un nouveau produit. A-t-il, lui aussi, été inspiré par une soirée à thème? Qui sait!


www.invisibobble.com 

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous