Karen Fleischmann

L’OFFICIEL Suisse: Hello! Peux-tu nous faire ton selfie-parlant?
KAREN FLEISCHMANN: Salut! Moi, c’est Karen Fleischmann. J’aime la vie sous toutes ses coutures! Je suis persuadée que pour pouvoir exploiter tout son potentiel, ce qu’il faut, dans la vie, c’est faire ce que l’on aime. En ce qui me concerne, ce qui m’intéresse le plus, c’est la mode, la beauté, les voyages et la mise en scène de ma propre personne ;-) Je ne me considère pas comme une bloggeuse «ordinaire»: Je ne décris pas en mots ce que je vis, mais je le capte en images et je partage ces images avec le monde entier. Apparemment, cela plaît! Cela fait à peu près deux ans que je publie des posts et j’ai actuellement environ 21 000 followers sur Instagram.
 

Qu’est-ce que ton activité sur les réseaux sociaux t’apporte?
Je crois bien qu’en tant que mannequin, on a d’une certaine façon une propension naturelle au narcissisme. Mais, n’est-ce pas un peu le cas de tout le monde? Quand je récolte des Like, je trouve cela extrêmement gratifiant, cela donne le sentiment d’une reconnaissance. J’imagine aussi que c’est la raison pour laquelle de plus en plus de personnes en font de même.
 

Où est ta vraie vie: dans la réalité ou sur les réseaux?
Je ne fais aucune différence entre la vie «normale» et la vie sur les réseaux sociaux. Chaque vie est une mise en scène de soi par soi. Tu peux te donner, te montrer, t’épanouir comme tu le souhaites. Simplement, dans la «vraie» vie, de nombreux autres facteurs viennent s’ajouter que l’on n’attend pas et dont on ne peut pas anticiper toutes les conséquences. Mais c’est ce qui rend la vie encore plus fascinante et c’est ce qui en fait tout l’intérêt, justement!
 

Que représente la mode pour toi?
Ces dernières années, la mode a considérablement changé. Tant mieux! Je n’ai jamais été une «fashion victim» qui suit à la lettre les tendances de la saison. J’ai toujours porté ce qui me plaît, même si ce n’était pas «en vogue». Aujourd’hui, tout est permis. J’adore cette nouvelle liberté dans la mode. Il n’y a, concrètement, pas de règle. Ou quasiment pas.
 

Que préfères-tu porter?
Parce qu’il m’est possible, en tant que mannequin, de m’essayer à un tas de nouvelles tendances, souvent très pointues, je m’accorde le luxe, en privé, de vivre plutôt en jeans, t-shirt et basquets. Parfois même en Birkenstock! Il est rare que je sois maquillée en privé.
 

Comment décrirais-tu le milieu de la mode en Suisse?
Il est en pleine expansion! Sur le marché de la mode, il y a de merveilleux jeunes talents (je parle de designers) qui vont avoir un succès international dans le futur. Malheureusement, ces talents partent généralement à l’étranger. Je souhaite vraiment que la Suisse soit de plus en plus ouverte en matière de mode, plus favorable aux nouvelles tendances. De sorte que l’indus- trie de la mode suisse ait de vraies chances de croissance.
 

Être «Une fille de L’OFFICIEL », qu’est-ce que cela t’inspire?
Avoir l’honneur de contribuer au blog d’un magazine aussi réputé, c’est pour moi une joie extraordinaire! Cela veut dire être une source d’inspiration pour encore plus de personnes, vivre encore plus de mode, en un mot: être la mode, encore plus intensément. Merci beaucoup!