Dania & Mariam Sawedeg

Qui nous sommes
Mariam: Dania et moi sommes originaires de Libye – et nous nous partageons aujourd’hui entre Zurich, Londres et Dubaï. Nous sommes créatrices de bijoux et travaillons en duo: c’est donc ensemble que nous avons créé Kamushki.

Dania: Nous fêterons bientôt le deuxième anniversaire de notre marque, née en 2015.

Mariam: Avant le lancement de Kamushki, j’ai d’abord étudié de design en joaillerie au GIA (Gemmological Institute of America), avant de retourner en Libye pour travailler dans notre entreprise familiale. Et quand ce fut au tour de Dania d’obtenir son diplôme de fin d’études, en 2014, nous avons décidé que le moment était venu, pour Kamushki, de voir le jour.

Dania: Afin de rencontrer nos fournisseurs, qui sont nombreux, nous avons ensuite fait un grand voyage de deux mois à travers toute l’Asie et avons profité de cette occasion pour nourrir notre inspiration. C’est après ce périple que nous avons choisi de nous établir à Dubaï pour notre production.

Mariam: Je suis l’aînée, je suis plus sérieuse, organisée et déterminée. Dans notre entreprise, c’est moi qui suis en charge de la création. Dania, quant à elle, est plus spontanée, c’est une personnalité particulièrement sociable. Elle gère d’autres aspects de notre travail, en particulier tout ce qui concerne les relations publiques et le marketing, ce qui est très important également.
 

La clé de notre succès
Mariam: Nous sommes très déterminées. C’est par notre travail acharné que nous nous sommes donné les moyens de rencontrer le succès. Dania et moi aimons profondément ce à quoi nous œuvrons ensemble. Il me semble que cela s’exprime directement à travers notre design. Nous avons, par exemple, repris le motif du poisson, un symbole propre à la culture libyenne, et, pour notre collection, nous avons l’intention de proposer une nouvelle variation vraiment contemporaine sur ce thème, à chaque saison.

Dania: Cette saison-ci, c’est le «squelette» du poisson qui a retenu notre attention. On le retrouve donc comme ornement sur nos créoles, tours de cou et pendentifs, tous en or 18 carats. Avec l’emblème du poisson repris sous cette forme graphique et minimale, notre tour de cou en velours est même devenu notre bestseller. Nous avions vraiment pris grand plaisir à la conception de ce produit. C’est donc une très grande joie pour nous qu’il ait été si bien accueilli. Un vrai chouchou du public – à l’instar de nos bijoux d’oreille.
 

Notre avis sur les médias sociaux
Mariam: Pour faire des découvertes – et se faire découvrir! – les médias sociaux sont absolument fabuleux. C’est une vraie mine d’idées et nous y tenons beaucoup. Ces médias sont aussi un divertissement en soi, et j’avoue adorer suivre des gens du monde entier. A l’occasion de certains événements du monde de la mode, il m’arrive même de rencontrer des personnes qu’en réalité je croise pour la première fois mais que j’ai l’impression de déjà connaître. Dans la mode, c’est donc un moyen de communication génial!

Dania: Les médias sociaux sont formidables aussi quand on voyage. J’aime beaucoup les utiliser pour faire, en amont, une sorte de «repérage prévisionnel». Avant de prendre l’avion, je me fais ainsi une liste des meilleurs restaurants, boutiques et autres endroits que je ne voudrais surtout pas manquer dans les villes où je me rends. Par ailleurs, notre marque, nous l’avons de facto fait grandir sur Instagram. Comme ils les découvrent sur notre compte, @KamushkiJewellery, il arrive fréquemment que des clientes et clients nous contactent directement par ce biais afin d’obtenir des informations sur nos produits. C’est également après que Rebecca Osei-Baidoo nous a découvert sur Instagram, elle aussi, que Browns est devenu notre diffuseur.
 

A quoi on reconnaît notre style.
Dania: Mes magasins préférés sont les Trois Pommes à Zurich, No. 30 à Milan et Colette à Paris. Quand je suis en voyage, j’adore aussi faire des découvertes dans certaines boutiques vintage, en particulier à Londres et à Paris. Pour parler de mon style, c’est un sujet que j’aborde avec une certaine souplesse: disons que je porte volontiers une pièce forte, exceptionnelle, qui donne du punch et de la structure à ma tenue. Je l’associe alors à des pièces plus classiques, mais qui n’en ont pas moins un «petit quelque chose» en plus.

Mariam: Dans ma ville, à Zurich, Fidelio fait partie de mes incontournables. Je suis également folle de Tasoni, qui vient tout juste d’ouvrir une boutique à Zurich. J’ai beaucoup de plaisir à mélanger du tout-venant avec du vintage et des marques de luxe. J’aime me faire remarquer, sortir du lot, et je m’attache donc à porter au moins une pièce hors du commun, afin de me distinguer. Toujours.
 

Devenir deux des Filles de L’OFFICIEL, ce que cela représente pour nous.
Dania: En ce qui me concerne, c’est un honneur que de devenir un élément à part entière d’un univers aussi particulier que celui de L’OFFICIEL et aussi, ce faisant, de représenter le pays où j’ai grandi. L’OFFICIEL est le premier magazine de mode que j’ai jamais lu. Raison de plus pour que je m’engage dans ce projet avec un enthousiasme sincère. C’est un véritable rêve qui se réalise.

Mariam: C’est une très grande joie pour moi aussi que de devenir collaboratrice et je suis absolument ravie. J’adore le magazine et je me réjouis de nos projets communs. Et de fait: L’OFFICIEL fut le premier magazine en Suisse à s’être intéressé de près à nos si précieux bijoux!