L'Officiel Art

Lab’Bel crée la surprise à Venise

Discret mais néanmoins actif, le fonds de dotation Lab’Bel – créé en 2010 et placé sous la direction de Laurent Fiévet –, a investi la Biennale de Venise autour d'un réjouissant et facétieux programme de performances conçu par David Horvitz : “435 Ponti et qualche scorciatoia” (435 ponts et quelques raccourcis).
Reading time 3 minutes

En 2015, la première pièce de la série “3 Easy Pieces”, produite par Lab'Bel – “Concertino Unisono” de Michael Staab –, était présentée sur la place Saint-Marc. Cette année, sous le commissariat de Silvia Guerra, directrice artistique de Lab’Bel, le deuxième volet – 435 Ponti et qualche scorciatoia –, s’est inscrit dans l'espace public. Elaboré en étroite collaboration avec des Vénitiens, des institutions locales, des petits artisans et des musiciens, ce projet recèle l’héritage de Fluxus dont l’énergie irrigue l'ensemble de la série. Réalisé par David Horvitz, poète et artiste basé à Los Angeles, le projet consiste en une marche à travers la ville – parfois inondée par l’acqua alta. Le principe? Emprunter uniquement les ponts reliant différentes parcelles de l’île. L’artiste a ainsi réalisé une promenade performative nocturne sur les ponts de la cité. Au cours de sa résidence, il a ainsi développé une constellation de projets en collaboration avec des Vénitiens, des guides touristiques, des joueurs d'orgue, des artisans, des fabricants de crèmes glacées, activés tout au long de la Biennale. Pourquoi Lab’Bel a-t-il fait le choix de Venise ? “L’idée de faire résonner une ville chargée d’Histoire et dont le décor, de par ses dimensions architecturales, se prête particulièrement bien au principe de la performance dans un contexte – la biennale d’art contemporain – où la ville est mise en perspective par d’autres artistes et des logiques de production et de marché particulières a emporté notre adhésion” indique Laurent Fiévet. “En outre, cette ville nous est familière dans la mesure où Silvia Guerra, directrice artistique de Lab’Bel et commissaire des deux premiers rendez-vous, y a fait une partie de ses études et de son parcours professionnel ; cette intimité avec la cité et ses habitants participe de la singularité de ‘3 Easy Pieces’ et de certains des tours de force qu’elles permettent de mettre en place.” Une expérience à consommer sans modération !

/

“435 Ponti e qualche scorciatoia. David Horvitz”,
par le Laboratoire artistique du Groupe Bel,
jusqu'au 24 novembre, Venise.

Articles associés

Recommandé pour vous